Des rabbins inspecteurs en alimentation?

0
49
rabin
rabin
Des rabbins à la place des inspecteurs en aliment?
Les dernières actualités des quatre coins du Québec, Montréal, Estrie, Québec, Laval, Montérégie, Mauricie, …

Vous mangez de la viande halal et la majorité des produits sur les étagères des supermarchés sont cashers. Vous pensez que l’intrusion du religieux dans votre alimentation ne peut aller plus loin. Détrompez-vous, voici maintenant les rabbins-inspecteurs.

Filet soigneusement posé sur la tête et sur la barbe, l’inspecteur s’assure qu’il n’y pas d’insectes dans la farine ni de rongeurs dans la boulangerie Homemade à Outremont. «Faut surveiller. On vérifie. Parfois je viens à minuit pour inspecter. Je n’ai jamais rien trouvé ici.»

Salomon Kermel ne travaille pas pour l’Agence canadienne d’inspection des aliments. L’homme d’une soixantaine d’années est plutôt inspecteur de Vaad Hair, une division du Conseil de la communauté juive de Montréal. Son travail consiste à s’assurer que la boulangerie respecte les règles de la religion juive, ce qui permet à l’entreprise de vendre ses produits comme cashers.


(Crédit photo: TVA Nouvelles)

Une enquête de l’émission J.E. diffusée vendredi à 19h à TVA montre comment, grâce au soutien financier d’Ottawa, le Conseil de la communauté juive de Montréal pilote un projet qui vise à faire des rabbins comme Salomon Kermel, des inspecteurs en aliments. Alors que le gouvernement fédéral coupe dans le budget de l’agence canadienne des aliments, il a accordé en novembre 2011 une subvention de près de 800 000$ à Vaad Hair. Un produit casher deviendra ainsi un aliment approuvé pour consommation. Comme si, finalement, des inspecteurs gouvernementaux l’avaient inspecté.

«Les rabbins s’assurent déjà du respect d’un certain nombre des normes alimentaires de l’Agence canadienne à l’intérieur de leur vérification cashère.» explique au journaliste de J.E., Danielle Médina qui pilote le projet pour le Conseil. L’idée est donc de profiter de ce travail et éviter ainsi les dédoublements avec l’Agence fédérale. «Ce ne sont pas les rabbins qui vont décider des normes, ce sont les experts.»

  En France, le droit de la consommation concerne l’ensemble des dispositions régl »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre nom ici
S'il vous plaît entrez votre commentaire!