Les entreprises dépensent beaucoup d’efforts pour obtenir des certificats Halal

0
88
Les entreprises dépensent beaucoup pour obtenir des certificats Halal
Pour les entreprises mondiales, les certificats Halal sont importants. Souvent, ils doivent en demander plusieurs pour exporter vers les pays souhaités.
Un employé inspecte l'emballage des bonbons Ricola sur le site de production de Laufen.  (Image: Christian Beutler (20 août 2014))
Un employé inspecte l’emballage des bonbons Ricola sur le site de production de Laufen. (Image: Christian Beutler (20 août 2014))

Toblerone est halal maintenant. La société l’a annoncé et certains fans de chocolat ont perdu leur appétit. Sur Twitter et Facebook, certains commentateurs ont appelé au boycott de Toblerone parce que la société répondrait aux exigences alimentaires islamiques.

Même si les consommateurs ont réagi de manière surprenante à l’annonce que la société Mondelez, à laquelle appartient Toblerone, produit maintenant officiellement du halal: Mondelez n’est en aucun cas un cas isolé. D’autres entreprises suisses ont également fait certifier leurs produits et leurs matières premières. Avec un certificat, un fabricant assure aux clients que la production d’un produit est conforme aux exigences alimentaires islamiques. Par exemple, cet automne, la Basler Ricola AG a annoncé que les bonbons sont désormais certifiés Halal. Emmi a même eu ses premiers produits certifiés en 2000. Nestlé, Wander, Maggi et Barry Callebaut sont également titulaires de certificats halal. Nestlé a même son propre centre de compétence Halal en Malaisie. Là, divers produits sont développés et recherchés.

Les certificats sont nécessaires pour le marché mondial

La raison pour laquelle de nombreuses entreprises optent pour la certification est l’accès aux marchés émergents en forte croissance. Beaucoup d’entre eux ont une population musulmane nombreuse, jeune et orientée vers le consommateur. C’est ce que dit Mounir Khouzami du Swiss Arab Network. Le réseau à but non lucratif a pour objectif de promouvoir les relations culturelles et économiques entre la Suisse et les pays arabes. À titre d’exemple de sa déclaration, il appelle l’Indonésie. La Suisse a conclu un accord de libre-échange avec le pays le 16 décembre. « En Indonésie, selon les chiffres des Nations Unies en 2050, environ 350 millions de personnes vivront. C’est un marché énorme « , a déclaré Khouzami.

L’Indonésie est l’un des pays qui a resserré ses dispositions relatives aux indemnités. À partir de 2019, une loi entrera en vigueur en Indonésie, exigeant que tous les produits importés portent le logo Halal spécifiquement créé par les autorités indonésiennes. D’autres pays comme la Malaisie et Singapour ont une pratique similaire. C’est un défi pour les entreprises. Parce qu’un seul certificat ne suffit souvent pas pour distribuer les produits dans tous les pays souhaités.

Les experts scrutent tout

Les bonbons de Ricola sont conformes à la norme du Conseil de l’Europe pour l’alimentation halal (HFCE). Pour les ventes en Indonésie, Ricola doit maintenant demander le certificat local Majelis Ulama Indonesia (MUI). L’obtention d’un certificat est un processus complexe pour les entreprises. Pour chaque certificat, des experts externes contrôlent tout: l’origine des marchandises, les sites de production et les processus de production. L’audit des entreprises est effectué par des personnes connaissant bien la technologie alimentaire et ayant achevé l’éducation islamique.

Beaucoup d’entreprises veulent un seul certificat, valable partout. Par exemple, Nestlé. La société laisse ouvert le nombre de certificats demandés chaque année. Sur demande, cependant, il écrit: « Nous préférerions que les différents certificats soient appariés et que les pays se reconnaissent mutuellement. » Nestlé est en contact avec divers gouvernements pour y parvenir. Ricola serait également heureux d’une standardisation. « Un certificat avec une validité globale serait pratique et donc à supporter », écrit la société.

Partie de la politique commerciale

Farhan Tufail, fondateur de la société suisse HCS, ne s’attend pas à ce que bientôt, il sera possible d’exporter vers tous les pays avec un certificat. Une des raisons, selon Tufail, est qu’il existe des différences entre les pays musulmans quant au respect strict de certaines règles religieuses. Il existe également des raisons économiques: les certificats Halal spécifiques à un pays font également partie de la politique commerciale d’un pays, explique Tufail. « Les grands pays, en particulier, veulent protéger leur marché. Ils créent donc certains obstacles pour contrôler l’importation. Parlez ensuite d’une possible normalisation selon laquelle les certificats sont également une source de revenus. Les certificats doivent être renouvelés et payés annuellement.

Rebekka Balzarini 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre nom ici
S'il vous plaît entrez votre commentaire!